Contemporanea
Jaargang XXXIX Jaar 2017 Nummer 2

Archieven

Le centre d’archives et de documentation du CPCP ASBL

Orianne Ondel, Marie-Cerise Fivet et Thomas Smets1

Hier

En août 1988, un centre d’archives et de documentation est créé au sein du Centre de Perfectionnement des Cadres Politiques (CPCP) asbl.2. Le Secrétaire général du Parti social chrétien (PSC) y confie, par convention orale, la gestion des archives du Parti à Fernand-Daniel Dustin, employé au sein de l’association. L’objectif défini alors est la sauvegarde la plus large possible de la mémoire collective des mouvements sociaux-chrétiens.

Le centre, établi au 63 de la rue des Deux-Églises à Bruxelles, se constitue progressivement d’archives jusque-là éparpillées dans les caves et greniers des bâtiments du PSC. Il subit dans les années 1990 plusieurs déménagements, à Louvain-la-Neuve ou Lives-sur-Meuse, avant de revenir sur Bruxelles en 2012, au siège central du CPCP, situé au 45 de la rue des Deux-Églises.

Le premier inventaire des archives du PSC est achevé en novembre 1991 par Fernand-Daniel Dustin. Depuis sa réalisation, de nouvelles archives ont été versées, ce qui a entraîné la publication de versions revues et augmentées dudit inventaire mais aussi la constitution de nouveaux fonds. L’équipe actuelle du centre d’archives et de documentation n’a retrouvé ni bordereau, ni convention de don ou de dépôt les concernant, ce qui en rend malheureusement la traçabilité impossible.

Ch.F. Nothomb, W. Martens, G. Deprez et Ph. Maystadt. Congrès « Construire l’avenir », tenu à Louvain-la-Neuve le 12 juin 1982. Photographie conservée dans la collection photographique. Réf. : BE_CPCP_COL_PHOTO_PSC, 1.2.1.4.

Aujourd’hui

Trois historiens ont été engagés entre 2012 et 2015 dans le but de professionnaliser le centre d’archives et de documentation (ou CAD) et de développer les missions qui lui ont été attribuées par la Fédération Wallonie-Bruxelles comme centre privé agréé et subventionné. Ces missions sont développées autour de 5 axes principaux.

La prospection

En l’absence d’une législation relative aux archives privées (et donc d’une quelconque obligation à les verser), la prospection est peut-être d’une des missions les plus délicates d’un centre d’archives privées. En la matière, notre priorité est d’interpeller les différentes composantes du parti sur l’existence d’un centre d’archives francophone relatif à l’histoire de la mouvance sociale-chrétienne et démocrate-humaniste belge et de sensibiliser sur l’importance de conserver les traces de tout un patrimoine socio-politique. Nous contactons tant les départements internes que les groupes parlementaires, les organisations satellites, les cabinets ministériels, ou encore d’anciens mandataires. Sur cette base, nous collectons certaines sources de façon systématique (communiqués et revues de presse, newsletters, etc.), mais enrichissons aussi le centre de fonds personnels, comme celui de Paul de Stexhe, premier ministre de la Culture française et sénateur qui a œuvré activement aux différentes révisions constitutionnelles des années 1970, ou celui de Gérard Deprez, président du PSC pendant 15 ans.

La conservation

Nous conservons environ 100 mètres linéaires d’archives papier et un téraoctet d’archives électroniques répartis sur quelques dizaines de fonds : ceux du PSC et du cdH, ceux de leurs organisations satellites (Femmes PSC/cdH, Jeunes PSC/cdH, etc.), ceux des arrondissements (dont notamment Nivelles et Soignies), ceux des groupes parlementaires et cabinets ministériels et ceux de personnalités politiques. Le lecteur peut dès lors effectuer des recherches sur le parti en tant que tel mais également sur l’ensemble du système qui l’entoure, brassant ainsi de façon très large l’histoire socio-politique de tout un courant. Les archives les plus anciennes datent de la fin des années 1940, mais c’est surtout pour les années 1970 à nos jours que nous détenons d’importants dossiers. Les élections, par exemple, sont souvent très bien illustrées, tant sur le plan de la campagne que sur le résultat du vote et les analyses s’y rapportant. Nos fonds traitent aussi régulièrement des programmes du parti permettant ainsi des comparaisons quant à ses priorités au fil des décennies. En ce sens, les archives liées aux assemblées de travail et instances directoriales sont aussi très révélatrices des préoccupations du PSC ou du cdH à une période donnée, tant sur le plan local que sur le plan national.

Parallèlement, nos collections sont couramment étoffées. Les photographies illustrent beaucoup d’évènements emblématiques comme le congrès annuel du parti, la question des Fourons, ou encore la crise wallonne de 1982. Nous avons également plusieurs centaines de clichés répartis par personnalité. Nos affiches et les tracts quant à eux reprennent bon nombre de slogans électoraux et sont répertoriés par élection. Enfin, parmi les périodiques, on peut trouver la série quasi complète de Temps Nouveaux, journal du parti dès 1947, contenant une information très précieuse sur les mentalités et la propagande de l’époque. On y trouve notamment des caricatures usant de toute une symbolique pour critiquer le plus souvent soit les concurrents libéraux, soit les concurrents socialistes. Nous avons numérisé et oscérisé le périodique pour les années 1947 à 1965, ceci afin de faciliter la recherche tout en évitant une manipulation trop régulière de ces exemplaires devenus fragiles.

Une de l’emblématique « Temps Nouveaux », au lendemain des élections législatives. Numéro du 17 avril 1954, conservé dans la collection des périodiques. Réf. : BE_CPCP_COL_PERIO_PSC_CDH, 2.1.1.11.

Plus récemment, nous avons pris le pli de constituer une mémoire orale dans le but de garder, à côté des sources écrites, des archives audiovisuelles plus subjectives et humaines. Onze anciens mandataires ont jusqu’à présent été interviewés sur leurs parcours personnel et professionnel : par exemple les anciens ministres nationaux/fédéraux Philippe Maystadt et Charles-Ferdinand Nothomb, ou Cécile Goor, première femme du PSC francophone à obtenir un poste gouvernemental. Nous conservons ainsi plusieurs dizaines d’heures de témoignages, consultables sur place, et poursuivons la collecte à raison d’une à deux interviews par an. Des extraits sont disponibles sur notre chaîne YouTube.

La valorisation

À quoi bon conserver les archives si ce n’est pas pour les mettre à disposition du citoyen ? Outre l’accueil des lecteurs et l’aide que nous leur apportons, nous prenons le challenge de la valorisation des fonds à bras le corps depuis 2-3 ans.

Nous avons démarré par de petites expositions en interne à l’occasion d’évènements comme la journée des nouveaux membres et mandataires du cdH ; une manière de dynamiser nos portes ouvertes et de montrer aux donateurs le fruit de leurs versements. Le 10 juin 2016, en collaboration avec les Archives de l’État à Saint-Hubert, nous avons inauguré une exposition rétrospective sur le Ministre d’État Charles-Ferdinand Nothomb, à l’occasion de ses 80 ans et du colloque tenu en sa présence ce jour-là. L’exposition, organisée en 5 grands volets thématiques, a été maintenue au sein de l’ancien palais abbatial jusque fin octobre. Elle a été l’objet de plusieurs visites de groupe, en présence de M. Nothomb.

Fin de l’année 2016, l’équipe du CAD a initié un projet inter-centres, bilingue et itinérant, que nous serons heureux de présenter en 2019 ; la volonté d’une exposition en partenariat et invitant à une confrontation des sources issues de plusieurs tendances politiques en est l’objectif initial.
Un autre moyen de mettre en lumière des pièces d’archives phares réside dans la publication annuelle d’une analyse, via notre collection « Études du CAD ». Sur base de dossiers d’archives le plus souvent inédits et non exploités, nous traitons d’une problématique ou d’un fait spécifique en une trentaine de pages. Vous pouvez y avoir accès ici. Le prochain numéro paraîtra dans le courant du dernier trimestre 2017 et devrait porter sur les caricatures du communisme parues au sein du périodique Temps Nouveaux.

« Les chantiers sont ouverts, quel sera l’architecte ? », manifeste de 1945 conservé dans le fonds du Parti Social Chrétien. Réf. : BE_CPCP_PARTI_PSC, 4.5.

La communication

Vous n’aviez pas entendu parler du CAD auparavant ? Nous vous convions vivement à découvrir nos différents canaux de diffusion !

La voie traditionnelle d’abord, dite « papier ». Nous diffusons une brochure de présentation le plus largement possible. En regard de cette brochure, une affiche reprend notre travail en cinq mots-clés, sensibilisant au métier global de l’archiviste, intégrant la notion de polyvalence, et suscitant le dialogue.

Ensuite, fin de l’année 2015, nous avons démarré une newsletter propre au centre d’archives et de documentation. Trimestriel, chaque envoi propose une rétrospective de l’ensemble de nos activités et actualités. Nous y faisons aussi la promotion d’évènements à venir, qu’ils nous soient propres ou liés au secteur des archives en général Pour vous y inscrire, il suffit de nous envoyer un mail, et nous vous ajouterons à notre mailing list.

Toujours en 2015, nous avons créé une page Facebook que nous alimentons régulièrement dans un style plus informel. Notre hashtag de fabrique est #CADduCPCP.

Le réseautage

En dehors de missions liées spécifiquement au centre d’archives et de documentation du CPCP, un cinquième axe ne peut être passé à la trappe : celui de la collaboration et des contacts scientifiques. Il se concrétise à travers les expositions, mais aussi par notre intégration à des groupes de travail abordant des problématiques clés. Par exemple, nous avons été plusieurs centres à rédiger une note devant contribuer au prochain décret de la FWB dans le domaine. Une dizaine d’institutions ont également planché ensemble sur un cahier des charges pour l’acquisition d’un logiciel de description, de gestion et de valorisation performant, que nous acquerrons fin de l’année 2017.
Nous sommes également membres de l’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB), récemment reconnue orua (organisation représentative d’utilisateurs agréés) auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et participons autant que faire se peut à ses débats et formations. Nous en sommes convaincus : ce n’est qu’en regroupant nos énergies et qualités respectives que nous pourrons faire bouger les choses !

Demain

Que programme le CAD à moyen terme ? Centre francophone de référence pour l’histoire des mouvements et politiques sociaux-chrétiens, nos priorités résideront en quatre pans : entamer de nouveaux projets de numérisation pour les archives les plus critiques, valoriser des archives auprès d’un large public par le biais d’expositions ; passer des inventaires classiques à un catalogue en ligne, grâce à l’acquisition du logiciel CollectiveAccess, pour mieux répondre aux attentes, tant des lecteurs que des archivistes ; enfin, développer la collaboration entre centres, notamment via l’AAFB, pour des problématiques touchant directement l’ensemble de notre secteur. Travailler sur des projets communs ou mener de concert des réflexions consolidera en effet notre légitimité à tous face aux pouvoirs publics, et entraînera la reconnaissance d’un métier encore obscur pour beaucoup.

Plus d’informations

Le centre est ouvert du lundi au vendredi, de 09h à 16h30.
Rue des Deux Églises, 45 – 1000 Bruxelles
02/238.01.69
archives@cpcp.be
www.cpcp.be/centre-archives-documentation
www.facebook.com/cpcparchives/
www.youtube.com/CADduCPCP

- Orianne Ondel, Marie-Cerise Fivet et Thomas Smets

Webreferenties

  1. notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UC7VvOzrkw1YXKbm0MlRONnA
  2. ici: http://www.cpcp.be/cad-publications
  3. www.cpcp.be/centre-archives-documentation: www.cpcp.be/centre-archives-documentation
  4. www.facebook.com/cpcparchives/: www.facebook.com/cpcparchives/
  5. www.youtube.com/CADduCPCP: www.youtube.com/CADduCPCP

Referenties

  1. Archivistes au CAD du CPCP asbl.
  2. Centre de Perfectionnement des Cadres Politiques jusque 1992, le CPCP est ensuite devenu le Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation. Il s’organise, outre le centre d’archives, en 4 autres pôles : un pôle « éducation permanente », un pôle « animations », un pôle « formations » et un pôle « publications ». L’association est reconnue et subventionnée par la FWB et par la Région wallonne pour aider les citoyens dans leurs différentes démarches. Plus d’infos sur www.cpcp.be