Contemporanea
Jaargang XXXVIII Jaar 2019 Nummer 1

Review

Les blindés des forces armées belges et néerlandaises : le Léopard I et sa signification historique, anthropologique et culturelle

Pierre Muller, Université Catholique de Louvain-la-Neuve

« A propos de ce Patton, sans doute une belle bête assez imposante mais en 1968, grande année de la contestation estudiantine, il nous revient que ce Patton devrait être à brève échéance remplacé par un char de combat nettement plus moderne, le fameux Léopard d’origine allemande. Je piaffe déjà d’impatience … ».1

Chars Léopard I néerlandais à l’école de cavalerie d’Amersfoort (Photo : P. Muller).

C’est par ces mots que Marcel Pirotte, officier dans l’Armée belge, décrit l’impatience qu’il ressent avant la réception de sa nouvelle monture : le char Léopard I. Fabriqué à 4 744 exemplaires de 1965 à 1976, ce blindé allemand a été pendant près d’un demi-siècle, l’épine dorsale de nombreuses forces blindées européennes. Parmi celles-ci, les forces armées belges et néerlandaises. Ces dernières constituent la base de notre recherche visant à mener une étude transnationale d’un système d’armement sous les angles de la politique, de l’économie, et surtout de l’anthropologie et de la culture. Ce projet entend apporter une contribution originale à l’histoire militaire, et plus particulièrement à celle de la Guerre froide et du temps présent. Ainsi, le char Léopard I, utilisé par de nombreuses forces armées à travers le monde, sera mis en valeur. Ce blindé est assurément l’un des symboles de la Guerre froide en Europe de l’Ouest. Il matérialise également le renouveau industriel allemand, ainsi que la coopération européenne en matière d’armements.

À l’heure actuelle, seuls quelques chercheurs français et anglo-saxons comme François Cochet, Stéphane Audoin-Rouzeau, William Genieys, Robert Kershaw ou encore Alaric Searle ont tenté d’écrire une histoire économique, politique, militaire et anthropologique des armes. Seuls trois d’entre eux, Robert Kershaw, William Genieys et Alaric Searle se sont penchés sur le monde des blindés dans leurs ouvrages.2 Le premier étudie un cadre spatiotemporel n’allant pas au-delà de la Seconde Guerre mondiale et les deux autres n’abordent pas le char d’assaut par les angles de l’anthropologie et de la culture comme nous nous proposons de le faire. Il existe donc un vide historiographique sur l’après-Seconde Guerre mondiale, et notamment la Guerre froide, dans le domaine de l’anthropologie du blindé, auquel ce projet apportera une première réponse. De plus, il associera des méthodes propres à l’histoire du temps présent à l’histoire des blindés, ce qui n’a pas encore été réalisé jusqu’à présent.

Le choix du Léopard I comme base de notre étude se justifie par le fait que, à l’heure actuelle, le monde des blindés est peu investigué par les historiens francophones. Ainsi, le char Léopard I, une arme pourtant emblématique de la Guerre froide et des forces armées européennes, n’a fait l’objet que d’un seul travail universitaire, en l’occurrence une thèse de doctorat en histoire défendue par Thomas Haslinger à l’Université de Munich en 2015. Il s’était alors penché sur l’histoire industrielle du Léopard I. En Belgique, aucune étude scientifique prenant pour point de départ un blindé n’a été réalisée jusqu’à ce jour. Par rapport à la France et surtout à la Grande-Bretagne, il existe une grande indigence dans le domaine. Pourtant, le Léopard I est assurément l’un des systèmes d’armement le plus utilisé par les forces armées belges et néerlandaises au cours de ces cinquante dernières années (plus de 300 exemplaires sont entrés en service au sein de la Défense et 468 dans la Koninklijke Landmacht). Celles-ci les ont déployés sur leurs sols nationaux, mais aussi en Allemagne et dans les Balkans. À ce titre, le « Léo » représente des enjeux politiques, militaires, économiques et anthropologiques importants. Côté belge, seuls quelques articles de vulgarisation ont été publiés dans des périodiques internes à l’Armée belge ou des ouvrages spécialisés. Du côté néerlandais, un seul et unique ouvrage de Willem Smit est consacré à ce véhicule.3 Faire l’histoire du blindé, a fortiori anthropologique, durant l’après-Seconde Guerre mondiale constitue une démarche originale au niveau international, et tout simplement unique en Belgique, tant par son objet que par sa méthode, alors même que le MBT (main battle tank) a joué un rôle essentiel dans les équilibres géostratégiques de la seconde moitié du XXe siècle.

La perspective transnationale de notre étude nous permettra d’étudier de manière comparative l’adoption, l’utilisation et le remplacement de ces véhicules en Belgique et aux Pays-Bas. Dans les deux cas, quels éléments ont motivé le choix du Léopard ? De quelle manière ce choix s’est-il inscrit dans le climat politique, militaire et économique de chacun des deux pays ? Voilà les questions auxquelles nous répondrons. Dans ce cadre, nous aborderons tout d’abord des thématiques économiques, en voyant, par exemple, comment les industries belges et néerlandaises ont pu profiter de l’acquisition de ces engins. Ensuite, nous poursuivrons par des thématiques politiques, en analysant notamment quelle place ils ont joué au sein des politiques nationales et internationales belge et néerlandaise (Ont-ils fait l’objet de débats politiques ? Dans quelle mesure leur déploiement en Allemagne et dans les Balkans ont influencé ou ont été influencés par les politiques internationales belges et néerlandaises ?). Nous mettrons également en évidence des problématiques militaires : l’assimilation et l’utilisation d’un matériel nouveau dans une période de tensions, les différentes doctrines stratégiques et tactiques relatives à ce char mises en place en Belgique et aux Pays-Bas.

Dans notre travail, nous accorderons une grande place à l’anthropologie et la sociologie. Nous nous pencherons sur les militaires eux-mêmes, en étudiant comment ils utilisent, apprécient et s’approprient un engin de combat qui est également pour eux un lieu de vie. Ainsi, nous analyserons quelles pratiques non reprises ou tolérées par les règlements sont réalisées par les équipages au sein de leurs engins. Nous ne laisserons pas non plus de côté les civils. En effet, eux aussi sont en contact avec le Léopard I et ses variantes, notamment lors de parades, d’exercices, via les médias, ou bien encore à travers les jouets et le modélisme. Ces contacts peuvent être organisés par l’Etat et servir à la promotion d’un discours officiel. Nous répondrons donc à des questions telles que : de quelle manière le Léopard I est-il présenté à la population ? Que symbolise-t-il ? Quels sont les sentiments éprouvés à l’égard de cette arme emblématique de la Guerre froide ? Quels sont les relations entre civils et militaires lors du déploiement du Léopard en milieu civil (lors des défilés et manœuvres notamment) ? L’objectif principal de ce volet anthropologique est d’étudier les représentations collectives civiles et militaires liées au Léopard I. Celles-ci sont influencées par des éléments politiques, économiques, militaires et idéologiques. Elles se concrétisent au travers de la culture orale, matérielle, mais aussi digitale. Cette dernière est particulièrement importante au niveau des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent être d’une grande utilité à notre recherche, car ils hébergent de nombreux groupes consacrés au char Léopard I ou en lien avec celui-ci. Les commentaires et publications des internautes constituent des témoignages originaux et spontanés sur les représentations collectives relatives au « Léo ».44 Etudier ceux-ci dans le cadre d’un travail d’histoire militaire constitue une originalité au niveau méthodologique. En effet, à notre connaissance, aucun historien étudiant le monde des blindés ne s’est encore penché sur leur représentation dans les réseaux sociaux.

Chars Léopard belges (Photo: Belgian Tank Museum).

Pour mener à bien ce projet, nous aurons recours à des sources assez variées. Les archives militaires contemporaines sont parfois difficiles d’accès, notamment en Belgique. Ainsi, nous nous sommes assuré que les documents conservés au Centre de documentation de l’Armée d’Evere (fonds « Léopard ») et au Nederlands Instituut voor Militaire Historie de La Haye (fonds Leopard-1 tank), susceptibles d’être utilisés comme sources pour notre thèse, sont consultables. Malheureusement, si les archives néerlandaises relatives au Léopard I sont inventoriées, les archives belges demandent encore à l’être. Tout en menant nos recherches, nous auront donc à cœur de recueillir les données permettant la réalisation d’un tel inventaire. Les documents présents dans ces centres d’archives militaires contiennent essentiellement des documents pouvant nous informer sur les enjeux politiques, militaires et économiques liés à ce blindé.

Nous utiliserons également les témoignages de Belges et de Néerlandais ayant joué un rôle dans la « vie active » du Léopard I. Il s’agira de témoignages de décideurs politiques, de hauts responsables militaires, mais aussi et surtout de membres d’équipage. Ces derniers ont côtoyé et expérimenté ce système d’armement pendant de longues périodes de leur vie. Leur témoignage sera particulièrement important dans le volet socio-anthropologique de notre étude. Ils nous permettront de répondre à des questions relatives à l’utilisation quotidienne du Léopard et aux adaptations effectuées par les équipages sur celui-ci. Nous mesurerons les sentiments et les relations liant les équipages à leur char, qui est aussi un lieu et un enjeu de vie en groupe.

Nous mettrons également à profit des archives iconographiques et cinématographiques .Certaines peuvent se retrouver sur le web, dans les archives militaires mentionnées ci-dessus, ou encore dans des A.S.B.L. formées par d’anciens charistes. Ces abondantes archives visuelles nous permettront de combler certaines zones d’ombres laissées par les archives et les témoignages.

Loin de nous limiter aux traditionnelles archives « papier », nous porterons également notre analyse sur des éléments purement matériels. Traiter d’un système d’armement sans l’approcher concrètement le priverait notre recherche d’une approche précieuse. Dans ce domaine, notre expérience professionnelle en tant que militaire de réserve nous sera utile. Il est important de pouvoir effectuer ce type d’analyse pour répondre aux différentes questions liées à la sensorialité et au rapport arme-corps humain. Avec le concours du Musée Royal de l’Armée et du Cavaleriemuseum d’Amersfoort, nous avons pu pénétrer dans des chars Léopard I, ainsi que dans leurs variantes en service en Belgique et aux Pays-Bas. Ainsi, nous avons déjà eu l’occasion de « tester » de manière dynamique un Léopard I néerlandais sur le terrain d’exercices de Vlasakkers et un Léopard I belge au dépôt de Braschaat. Dans cette dynamique, afin de mieux saisir ses spécificités, nous observerons non seulement les chars opposés au Léopard I lors de son évaluation par les militaires belges et néerlandais (comme le Chieftain britannique, l’AMX-30 français, ou le M-60 américain), mais également les blindés soviétiques qu’il aurait pu affronter sur le champ de bataille en cas de « guerre chaude ». Les représentations du Léopard I dans la sphère civile seront davantage approchées à partir de sources issues de la vie quotidienne. Il s’agira de la presse écrite, des reportages télévisés ou photographiques effectués à l’occasion de présentations du Léopard I au grand public, ou encore d’éléments matériels, comme les jouets et le modélisme.

- Pierre Muller

Webreferenties

  1. François Cochet: http://crulh.univ-lorraine.fr/content/cochet-francois
  2. Stéphane Audoin-Rouzeau: http://cespra.ehess.fr/index.php?2146
  3. William Genieys: https://cepel.edu.umontpellier.fr/membres-de-lunite/william-genieys/
  4. Robert Kershaw: http://robertjkershaw.com/
  5. Alaric Searle: https://www.salford.ac.uk/arts-media/our-staff/arts-media-academics/alaric-searle
  6. thèse de doctorat en histoire défendue par Thomas Haslinger: https://edoc.ub.uni-muenchen.de/19709/

Referenties

  1. Témoignage de Marcel Pirotte, in http://www.gatsbyonline.com/automobile/leopard-un-superbe-felin-de-830-chevaux-et-40-tonnes-387296/ (page consultée le 12/02/2019).
  2. Kershaw, Robert, Tank Men. The human story of tank crews at war, Hodder & Stoughton, Londres, 2008; Genieys,William, Le choix des armes, CNRS, Paris, 2005; Searle, Alaric, Armoured Warfare: A Military, Political and Global History, Bloomsbury Academic, Londres-New York, 2017.
  3. Smit, Willem, (2008) De Leopard 1. Gepantserde vuist van de Koninklijke Landmacht, Amsterdam, Boom, 2008.
  4. Par exemple, le groupe Leopard 1 & 2 familly group : https://www.facebook.com/groups/402284759848923/ .